Les idées reçues

La mauvaise réputation

Depuis ses débuts, IRC est considéré par certains comme un espace de non-droit, repère de hackers, de pirates, voire bien pire. Je ne dis pas qu'il n'y en a pas sur certains réseaux, ni même que certains réseaux ne sont pas spécialisés dans l'illégalité. Mais c'est loin d'être la majorité : la plupart des réseaux ont une charte (une netiquette) à laquelle il faut se conformer sous peine d'être fortement sanctionné. Et les IRCops veillent au grain et sont attentifs aux utilisateurs et à leurs requêtes, car ils tiennent à ce que leur réseau survive.

IRC, c'est juste pour les rencontres

Je dirais que c'est à la fois vrai et faux. C'est vrai dans le sens où le but est de discuter en communauté, par affinités, et donc de rencontrer des gens. Mais ce ne sont pas que des salons de rencontres pour trouver l'âme sœur, l'époque du non-regretté Carachat est révolue. Les salons IRC sont axés sur des thématiques diverses et variées, et, à part sur les réseaux explicitement dédiés aux rencontres, les personnes présentes pour draguer sont fort peu nombreuses.

C'est très élitiste

FAUX ! D'accord, ce n'est que du texte, mais il n'y a rien de plus simple à utiliser qu'IRC. La plupart du temps, sans même avoir de logiciel à installer.

Alors, pourquoi est-ce si peu employé ?

Il y a, à mon avis, deux raisons principales.

Privé vs Communauté

Lorsqu'on veut garder le contact avec une personne que l'on connait réellement, on a tendance à privilégier les "messagers" comme Skype qui permettent d'avoir directement la personne, plutôt que de se connecter sur un serveur, rejoindre un salon de discussion et espérer que la personne soit connectée. IRC est un outil communautaire, qui vient très souvent en complément d'un site ou d'un jeu, pour que les gens se regroupent. Le souci vient alors peut-être des communautés elles-mêmes ?

Les community-manager et l'argent

Monter une communauté internet, la faire vivre, ça coûte du temps et de l'argent. Il faut donc réussir à rentabiliser la communauté, et ceci passe par la monétisation de son support. Dans le cas d'un site internet, la règle essentielle est d'avoir du trafic, et pour cela il faut être bien référencé. Or, la grosse lacune d'IRC, c'est que c'est du direct, ça ne génère ni trafic (on reste sur la même page) ni contenu (les écrits IRC s'envolent). Les grands décideurs préfèrent donc des forums ou ressemblant, même si ceux-ci finissent par être utilisés comme des tchats, mais ne surtout pas risquer de perdre du contenu qui pourrait ramener encore plus de monde.

Et du coup, on fait quoi ?

Je vous dirais presque: "rien." Je n'ai pas la réponse, je ne fais qu'un constat. Et ce constat n'est pas neuf. D'une manière globale, je suis content de zeolia qui reste un réseau à taille humaine vivant, avec ses petits groupes d'irréductibles qui s'y sentent bien, comme chez eux. Je n'en fait pas la promotion (même si ce billet pourrait y ressembler), mais j'ai plaisir à parfois voir arriver des curieux qui finissent par s'installer. Et j'ai encore plus de plaisir lorsque ces personnes découvrent IRC par la même occasion, car je me dis que peut-être elles adopteront ce media.