Dernière ligne droite pour Peter Agor, avant-dernière pour le lecteur qui sent qu'il s'approche de l'inexorable et fatidique tome 7 de La tentation de la pseudo réciproque.

Peter fait son entrée dans le monde du travail, en tant que stagiaire dans une entreprise dont toute ressemblance avec une entreprise existant réellement serait tout sauf fortuite. Bienvenue dans un univers impitoyable où règne un chaos indescriptible d'egos et de conflits d'intérêts, où les développeurs font la guerre au service marketing, et où les terroristes croisent les décroissants.

Entre Paris et Las Vegas, avec un détour par les plateaux de la télé-réalité, c'est un épisode haletant, qui nous apporte aussi beaucoup de réponses à des questions qu'on ne se posait pas, et même qu'on ne soupçonnait pas. Et il est aussi tragique, ou presque.

En fait, après l'avoir fini, je me suis jeté sur le suivant, parce qu'il est tout bonnement impossible de s'arrêter là.