Quand le livre démarre par un meurtre, on se dit qu'on est dans un policier. Et bien oui, et même un très bon parce que toutes les implications de ce meurtre ne se comprennent qu'à la fin. Bon, d'un autre côté, on aurait tout de suite la solution, le livre ne servirait à rien. Enfin, je crois.

L'odieux canard des neiges est réellement une suite, il faut avoir lu les épisodes précédents pour connaitre les différents protagonnistes et avoir la plupart des clés permettant de suivre cet échevau qui s'approche de la théorie du complot.

Par contre, on a de plus en plus envie de mettre des baffes à Peter, l'amoureux transi incapable de se mettre un bon coup de pied malgré l'insistance de Jaffa. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui lui manquent. Même aiguillonné par la jalousie provoquée par son pire ennemi (ou pas loin), il ne fait rien. Pfff, déplorable.

J'espère que vous aurez compris que j'ai passé un très bon moment avec ce livre haletant, toujours aussi drôle tout en sachant être sérieux. Et j'ai bien sûr enchainé sur la suite, dont je parlerai très bientôt !