13août 2007

Le sens du censeur

Et bien non, il ne s'agit pas de censure ou de bonne conduite littéraire, juste d'une constatation sur une de mes lacunes: je suis incapable d'écrire correctement je suis censé ... alors que je suis un être sensé (merci de ne pas rire).

En fait, mon problème doit venir d'une mauvaise analyse du sens de ce que je veux exprimer. Pour moi, censé se rattache à censure alors que sensé est avoir du sens (celui là, il est juste). Lorsque je dois faire quelque chose, il y a un sens à mon action et non pas une quelconque restriction.
Avec un peu de chance, ce billet me permettra de me rappeler comment ça s'écrit :)

2 commentaires

1. Le 13/08/2007, 10:11 par La Souris

J'aurais pu me lancer dans une grande explication étymologique, mais quelqu'un l'a fort joliment fait avant moi, donc je lui laisse la parole : blog.urobore.net/index.ph...

2. Le 13/08/2007, 10:29 par La Souris

Et l'explication que m'avait donnée un des mes profs d'Histoire médiévale était que "censé" désignait celui qui était reconnu comme ayant payé le cens. Le mot a été élargi et "censé etc." signifie désormais "reconnu pour etc."

Même sans me rappeler tous les détails de l'étymologie, le simple fait de me souvenir que ce censé-là vient du cens médiéval me permet de ne pas le confondre avec sensé. On peut aussi, plus simplement et sans avoir de connaissances de l'économie médiévale, associer "censé" à "recensé".

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.chatfou.com/trackback/40